Lagarde-Fimarcon et son château

Mairie de LAGARDE FIMARCON
Maire : Madame Ghislaine POIRETTE-MAIS
Secrétaire de mairie : Madame Béatrice MAZZONETTO
Au village
32700 LAGARDE FIMARCON
Téléphone : 0562689864
Télécopie : 0562689864
Courriel : mairie.lagarde@wanadoo.fr

Site Internet: http://www.lomagne-gersoise.com/

Population : 138 habitants
Superficie : 880 ha
Altitude : 182 m

Lagarde-Fimarcon dans le Gers


Très joli village perché dont l'originalité est la restaurantion de d'une bonne partie des maisons par une famille passionée de la pierre. Les marquis de Fimarcon y eurent un château, gigantesque, à en juger parce qu'il en reste. dans ce bourg castral subsitent les écuries monumentales, datant du XVII siècle et inscrites à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques, une tour talutée du XVe siècle et une partie des remparts.
L’énorme château y domine toujours la vallée de l’Auchie et le village actuel est encore partiellement entouré de remparts du XIIIe siècle sur lesquels s’adossent des maisons en rénovation exemplaire.
Juste derrière le château, l’église Notre Dame de Rosaire commandait la porte latérale du village dont la tour sert aujourd’hui de clocher.
Face à la porte de cette église et attenant à la halle, un belvédère spacieux permet d’admirer les collines de Gascogne

Lagarde Fimarcon aujourd'hui:

L'une des deux routes menant à Lagarde-Fimarcon reste inconnue des GPS. La commune, à quelques kilomètres de Lectoure, abrite pourtant une curiosité gersoise, une offre unique en France : un village entièrement à louer. Pour quelques milliers d'euros, il est possible de s'offrir une quinzaine de maisons, leurs pierres apparentes et volets colorés, le temps d'un week-end, d'une semaine voire d'un mois.

Cet hôtel géant est l'œuvre de Pierre-Frédéric Coustols, un homme d'affaires aux attaches gersoises qui, dans les années 70, a racheté une à une, chacune des demeures en ruine composant le cœur du bourg afin de les retaper. « Pendant dix ans, comme il avait bénéficié de subventions de l'Anah (Agence nationale de l'habitat, NDLR), il avait pour obligation de louer toutes les maisons, se souvient l'actuel maire Ghislaine Poirette. Dès que cette période s'est achevée, il a renvoyé les locataires en augmentant les loyers.»
À Lagarde-Fimarcon, 132 âmes, ils sont désormais peu nombreux à résider au cœur de la commune. Le gros des Lagardais vit aux alentours, en rase campagne. Seuls trois foyers, irréductibles, voisinent avec le « village à louer ». « Quelquefois, c'est sympa, témoigne un habitant. Lors du lancement de la Logan, nous avons accueilli tous les mécanos dans ma grange. Et puis, quand il y a un feu d'artifice, c'est impressionnant. Cela dure plus longtemps qu'à Paris. Nous, on en profite depuis notre fenêtre… »

Reste un malaise. Même si le temps des incessants procès entre propriétaire du Castelnau et mairie est révolu, l'entente demeure cordiale. II y a peu, l'installation d'un éclairage public sur les murs des écuries a accouché d'un énième conflit. « Il ne faut pas oublier ce qu'il a fait pour le village, tout ce qu'il a restauré », tempère Ghislaine Poirette.

Il n'empêche, certains critiquent le comportement procédurier et quelque peu totalitaire de leur voisin, peu souvent là. « Il se prend un peu pour un seigneur sur ses terres, reprend un habitant. Avec ce projet, on espérait que le village reprendrait vie.
Mais il est bien souvent mort. »

Des vacances dans ce village:

Un gîtes à Lagarde-Fimarcon dans le Gers

Un village pour soi tout seul!
"Quel étonnement! Un village médiéval entier restauré avec beaucoup de goût, au milieu des vignobles d'Armagnac, où chaque maison est une chambre d'hôte. Fallait y penser. La maison où nous avons séjourné donnait sur un petit jardin et des toits moussus... Calme, confort irréprochable, meubles chinés en brocante, harmonie des couleurs et soin apporté au moindre détail... Une belle surprise. Le gérant a eu la gentillesse de nous faire visiter le village et s''est montré d'une grande disponibilité pour nous indiquer les balades dans le coin, les endroits à visiter. Bref, quelques jours hors du temps et qui n'ont rien à voir avec ceux qu'on passe à l'hôtel d'habitude. A essayer d'urgence pour ceux qui aiment la nature, le calme et la beauté! Quelle expérience"

Lagarde-Fimarcon dans le Gers


Son histoire

Fimarcon, Feudum Marchonis, fief de la frontière. Vieux nom qui rappelle peut-être le temps où Charlemagne et ses descendants avaient peine à retenir sous leur obéissanceles habitants du Fezensac et des contrées voisines. Saint-Simon écrit encore Fiefmarcon

1260, Bernard de Fourcés à reçu du roi Edouard Ier d'Angleterre le château Fimarcon.

Si nous en croyons certains documents mentionnés par les Archives historiques de la Gironde, les possessions seigneuriales d'Othon II s'augmentèrent en 1268 du château de Lagarde, du quart de Montcrabeau, du quart de Sainte-Bazeillej, de la moitié de Çoulogne (Calignac?), du cinquième de Gazaupouy, de tout Ligardes et de quelques autres terres. Mais les pièces. qui nous apprennent ce fait ne sont point originales;ce sont des copies si « fautives » que nous ne savons au juste quelle confiance on peut leur accorder 2. Cependant: Lagarde appartint surement à Othon ce fut lui qui fit tracer un chemin régulier entre ce village et celui de Castelnau pour relier entre elles ses deux principales demeures féodales. Il en fut sans doute dé même de la moitié de Calignac et du quart de Montcrabeau; car nous rencontrons dans la suite un dès fils d'Othon II, Géraud Trencaléon, avec les titres de baron de Montcrabeau et coseignèur de Calignac.
Ajoutons enfin qu'aucun des documents postérieurs que les experts ont pu consultés ne s'y oppose à que les fiefs énumérés plus haut aient appartenu à Othon II.

Le seigneurde Fimarcon eut une seconde fois recours au monarque anglais son suzerain, et, comme il avait fait lors de son séjour à Condom, Edouard Ier prit hautement les intérêts deson vassal. Les archives du château de Lagarde çonservaient un rescrit daté du 2 mars 1303, dans lequel le roi d'Angleterre restituait à Othon de Lomagne ses titres et ses privilèges sur les nobles du marquisat et leur enjoignait de ne reconnaître personne autre que lui pour leur légitime suzerain.

Bertrand de Narbonne, seigneur de Lédignan, en 1467 allié à Louise de Mirabel, que l’on dit être le même que Bertrand frère de Guillaume qui aurait été seigneur de Lédignan, avait épousé Isabelle de La Garde en 1506. Depuis Lagarde fait partie du fief des Fimarcon.

Jacques de Lomagne devint seigneur de Fimarcôn entre les années 1478 et 1480. Nous avons raconté précédemment de quelle manière funeste pour lui finit la charge, de gouverneur de Lectoure que le roi Louis XI lui avait donnée. Dans la première année de son règne,
ses sujets et ses vassaux durent payer, en même temps que toutes les populations de la Gascogne et du Condomois, un impôt dont le roi de France avait frappé ces provinces pour l'entretien des gens de guerre.
Louis XII fut plus favorable à Jacques de Lomagne.
Par lettres patentes de 1503 il érigea la terre de Fimarcon en marquisat et la plaça dans le ressort du Parlement de Bordeaux et de la sénéchaussée de Gascogne.
Pour remercier Dieu de cette faveur temporelle, le marquis de Fimarcôn fonda, peu de temps après, deux chapellenies; celle des onze mille vierges, établie le 3 juillet 1507 dans l'église de Lagarde, et celle de Guïngoy ou Guinpoy dans l'église de Castelnau.' Cette dernière fut
fondée le 3 juillet 1509 et approuvée le 23 septembre de là même année par Jean Marre, évêque de Condom.

Bernard de Narbonne, marquis de Fiefmarcon, baron de Talleyran, seigneur de St Girons et de Stafort et pour la moitié de Coulougne avait fait foy et hommage au Royez mains de nostre gtrès cher féal et grand ami le cardinal de Sens. légat et Chancelier de France à cause et pour raison dudict Marquisat, païs, baronnies, terres et seigneuries d'iceluy Fiefmarcon, avecque toutes juridictions, haulte, moyenne et basse, mère, mixte et impère, aussi dudict lieu d'Estafort. Le tout mouvant de nous à cauze de nostre duché de Guyenne. Le tout à luy adveng et eschu par succession de sa feue mère. ausquels foi et hommage nous avons reçu ledict de Narbonne. Nous mandons à chascun de vous (les gens des Comptes et trésoriers à notre Sénéchal d'Agenois) de mettre ou faire mettre à la disposition dudict de Narbonne toutes les terres, baronnies etc... Pourveu que dans des temps deu, il en bailhera son adveu et desnombrement en payant les aultres droitz et debvoirs si aulcuns
nous sont deus, si faits et payés ne les a. Donné à Marseille le trentiesme jour d'octobre 1533 de nostre règne le dix neufvièsme -
LAGARDE:Ledit noble seigneur Bernard de Narbonne tient une place appelée à Lagarde en la terre et seigneurie de Fiefmarcon où il a toute justice, haulte, moyenne et basse, mère mixte et impère, dans laquelle il a un château et jardin, là ou il a accoustumé se tenir luy et les siens par le temps.

En 1553, François de Laage, premier président au parlement de Bordeaux, fut délégué pour mettre à exécution un arrêt rendu par le Conseil privé le 25 juin de cette même année pour l'installation d'un siège présidial à Condom. Les consuls et les délégués de toutes les juridictions du ressort devaient assister à cette installation. Les consuls et les délégués du Fimarcon furent donc convoqués et l'acte de convocation énumère comme appartenant à cette seigneurie les communautés suivantes :
La Romieu, Castelnau-des-Loubères, Abrin, Blaziert, Roquépine, Le Mas de Fimarcon, La Roque, SaintMartin de Goyne, Rignac, Pouy-Carréjelard, Ligardes, Gazaupouy, Berrac, Saint-Mézard et Terraube.
Un autre procès-verbal, conservé comme le précédent aux archives de Condom, et fixant l'étendue de la sénéchaussée de cette ville, nous montre compris dans cette sénéchaussée « le marquisat de Fiefmarcon et les terres d'icelluy, sçavoir est : Castelnau, Abrin, Blaziert, Roquépine, Le Mas et Pellegrue, Marsolan, La Roque, Sainct-Martin (de Goyne), Berrac, Ligardes et Gazaupouy.«

Herard De Grossolles , II. du nom, Baron de Montastruc et de Flamarens , Chevalier de l'Ordre du Roi, Gentilhomme de sa Chambre , Maréchal de-Camp de son Armée de Guienne , et Capitaine d'une Compagnie de 5o hommes d'armes de ses Ordonnances, eut de Marguerite, Reine de Navarre, sœur du Roi Henri III, commission , expédiée le 31 Août 1588 , pour aller défendre les pays d'Agenois et de Condomois, à cause de la guerre qui étoit dans ce pays. II avoit épousé, par contrat passé au Château de la Garde en Fimarcon, le 14 Juin I574, Brandelise de Narbonne, fille de Bernard de Narbonne, Chevalier de l'Ordre du Roi, Marquis de Fimarcon , et de Françoise de Bruyères - Chalabre, sa seconde femme. hector de Pardaillan, Seigneur de Gondrin, Chevalier de l'Ordre du Roi, et Jean De Grossolles, Seigneur de Caumont, aussi Chevalier de l'Ordre du Roi, souscrivirent à ce contrat.

1640:Le seigneur marquis de Léberon baille au sieur du Tauzia une maison noble, appelée à Caubet, sise en la juridiction de Larroque-Fimarcon, en pierres et briques, consistant en deux étages, y ayant trois cheminées, plus une vigne, un bois et des terres, etc. 2° Et, en échange, le seigneur du Tauzia a baillé et baille audit seigneur marquis de Léberon, la terre, seigneurie et château, appelés au Tauzia, avec ses pâtus, taverne, jardin, verger, vignes, bois et preds, tout en un tenant, avec la métairie qui est proche dudit château, le tout appelé au Tauzia;

Dans la répartition d'un impôt frappé sur le marquisat en 1640, se trouvent comprises les paroisses dont le nom suit: LaRoque-Fimarcon, Gazaupouy, Castelnau, Astaffort, Pouy-Carréjelard, Roquelaure, Abrin, Saint-Martinde-Goyne, Berrac, Blaziert, La Garde-Fimarcon, Marsolan, Ligardes, Le Mas-Fimarcon, Saint-Mézard, Rignac, La Romieu, Roquépine.
Enfin, un dénombrement donné en 1656 par JeanJacques de Cassagnet, marquis de Fimarcon, comprend :
Lagarde, Marsolan, Ligardes, Castelnau-des-Loubères, Gazaupouy, Le Mas, Abrin; la baronnie de Saint-Martin comprenant: Saint-Martin-de-Goyne, Berrac, SaintMézard, Pouy-Carréjelard, LaRoque-Fimarcon et Roquépine, Rignac, Blaziert et La Romieu.

LAGARDE-FIMARCON,— 15 août 1697, Jean-Pierre Lamazères, de Lialoros, précepteur de la jeunesse

Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France 1764
Lagarde-Fimarcon: 120 feux (maisons, famille)

Romain Lelegrand, régent et précepteur de la jeunesse,
fils de Jean Lelegrand et de Marié Lachapello,se maria le 4 mars 1714, avec Mario Denux, de Marsolan. Une de ses petites-filles, nommée Anne Lelegrand, s'unit le 27 avril 1773 à Joseph de Pérignon, bourgeois, demeurant a la Salle d'Escuraing, dans
la juridiction do Lagardo-Fimarçon.

Relevé du nombre des bestiaux morts du charbon dans les paroisses de Gondom, Gazaupouy, Larromieu, Roquepine, Marsolan, Lagarde-Fimarcon, Rignac, Saint-Wartin-de-Qoyne, Berrac et Ligardes; total, 185 têtes; valeur, 24,912 livres (1788).

Venu des Landes où il est né en 1865, Jean-Baptiste Maïs fut un agriculteur modèle et un inventeur de génie : lieuse de fagots, amasse-sarments, monte-gerbes, écosseuse de petit-pois témoignent de son esprit novateur. Mais son invention sensationnelle fut celle de la décavaillonneuse dont il vendit le brevet à la firme Kirpy. Nous devons à son fils, Paul Maïs, né dans la commune le 27 mars 1909, un événement majeur : maire durant 30 ans, il est, avec son conseil municipal, à l’origine de l’adduction d’eau pour tous les habitants de la commune. Aux dires de l’Ingénieur en Chef du Génie Rural de l’époque, "Lagarde-Fimarcon était la premier commune du département à avoir l’eau dans toutes les maisons".

Le château

Les marquis de Fimarcon y eurent un château, gigantesque, à en juger parce qu'il en reste. dans ce bourg castral subsitent les écuries monumentales, datant du XVII siècle et inscrites à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques, une tour talutée du XVe siècle et une partie des remparts. Le Sires de Fimarcon, vassaux des Rois d’Angleterre édifièrent le chateau a la fin du 15ième siècle, sur le modèle des chateaux anglais

 

L'église

Juste derrière le château, l’église Notre-Dame-de-Rosaire commandait la porte latérale du village dont la tour sert aujourd’hui de clocher

L’église St. Martin contiguë à la porte de la ville, percée d’archères en croix sur trois faces et sur laquelle est érigé le clocher, est de fondation romane. Remaniée aux XVIIe et XVIIIe siècle, elle est bâtie en bel appareil moyen et abrite des fonts baptismaux à cuve décorée. Dans la commune, le visiteur pourra admirer de magnifiques pigeonniers.

retour top