Pour mémoire, il ne faut pas oublier la création d’une section cycliste, une organisation de courses sur le circuit du tour de la ville qui connurent  un succès certain. Quelques jeunes coureurs eurent une licence de l’Union Sportive Franciscaine : les frères Chièsa, Pajor, Radaelli.

Dans les années 1920, les ressources des sociétés cyclistes étaient précaires. Rares étaient les constructeurs de cycles qui dotaient les courses des amateurs, encore plus rares les firmes industrielles et commerciales qui en faisaient un levier pour leur publicité. Les coureurs amateurs se contentaient de gagner des médailles – les rigueurs de l'existence et leur permanence dans le travail limitant leurs appétits – mais il n'en restait pas moins que la jeunesse aimait le vélo, que les supporters ne manquaient pas, alors que les moyens de subsister manquaient le plus. Rares en effet, étaient les mécènes et l'on ne pouvait espérer harponner que quelques membres honoraires. Restaient uniquement les cotisations des membres actifs qui naissaient comme les coquelicots dans la prairie, mais duraient ce que durent les roses…
- Le Lot-et-Garonne devenait une terre riche pour les cyclistes. Au seuil de la saison 1950, la monographie cycliste du département évoluait, avec le Cyclo-Club Barthéléméen, le CC de Beauville, la Pédale de Montflanquin, le CC de Casteljaloux, le VC Fumel-Libos, le SC Aiguillon, le CC Marmandais, le Guidon Agenais, le CC Miramontais, l'UCD Villeneuve, l'US Buzet, l'US Tonneins, le VC de Duras, le VC de Mézin, le VC Sainte-Livrade, l'US Francescas et le VC Néracais, soit dix-sept sociétés qui ne manquaient pas d'ambitions, d'initiatives, d'où la naissance d'une rivalité bien légitime entre les clubs. Ceux-ci se voyaient donc obliger d'amplifier leur énergie et de cultiver le culte de l'effort et de la victoire pour se retrouver parmi les meilleurs.

ligne séparation

Chrono47: Jean-René Bernaudeau, parrain officiel de l'édition 2024

Bernaudeau

Publié le 24/02/2024

Après Thierry Adam, Lucie Jarrige, Corentin Ermenaultet Eric Caritoux, c’est Jean-René Bernaudeau qui sera le parrain de l’édition 2024 du Chrono 47, qui aura lieu le 28 avril prochain sur les routes de l’Albret dans le Lot-et-Garonne.

C’est à Moncrabeau que s’est déroulée une des dernières réunions de préparation du Chrono47, avec comme point d’orgue la présentation du parrain de l’édition 2024.
Organisée par le Guidon Agenais, cette épreuve est devenue un rendez-vous très prisé des amateurs de chrono. Cette sixième édition, qui aura lieu le 28 avril, sera parrainée par Jean-René Bernaudeau, manager de l’équipe professionnelle Total Energies, figure du cyclisme français.

Jean-René Bernaudeau a été coureur cycliste professionnel de 1978 à 1988. Dès ses débuts dans le peloton professionnel il se distingue par ses capacités de grimpeur et de descendeur hors pair. Vice-champion de France, il a été l’un des plus fidèles lieutenants de Bernard Hinault. Il termine troisième de la Vuelta en 1978. En 1979, il monte sur la troisième marche du podium des championnats du monde sur route à Valkenburg aux Pays-Bas. Cette même année 1979, il termine 5e du Tour de France et remportera le maillot blanc du meilleur jeune. Il remporte le Midi Libre en 1980, 1981, 1982 et 1983.Il terminera sa carrière dans l’équipe espagnole Fagor.
Un concours de miss également prévu

En 1991, il fonde sa propre équipe, Vendée U. Il est depuis de nombreuses années le manager général de cette équipe professionnelle qui s’appelle aujourd’hui Team Total Energies.

L’édition 2024 du Chrono47 s’annonce donc comme un grand cru, en prémices des deux étapes du Tour de France dans le Lot-et-Garonne. À noter que la course comptera pour le challenge Raymond Poulidor qui valorise l’émergence des meilleurs espoirs nationaux.

Et pour la première fois, un concours de Miss Chrono 47 est organisé parmi les neuf communes recevant l’édition 2024 de la course. Un jury désignera une ambassadrice par village parmi deux à trois candidates.

Rendez-vous est donc donné le 28 avril à Francescas pour cette sixième édition du Chrono47.

ligne séparation

Chrono 47 : le parcours de l'édition 2024 dévoilé !
Publié le 22/12/2023
Pierre Cornu

L'essentiel L'organisation du Chrono 47, course de DN1 masculine et féminine spécialisée dans le chrono par équipes, a dévoilé les tracés de ses épreuves qui auront lieu le 28 avril 2024 sur le territoire de l'Albret dans le Lot-et-Garonne.

les collines

Les locomotives des équipes masculines et féminines de DN1 qui participent à la Coupe de France vont pouvoir se préparer. Le Chrono 47, manche lot-et-garonnaise de la compétition, qui fait la part belle au chrono par équipes, a dévoilé les tracés de ses parcours. Cette année le circuit partira et reviendra à Francescas, passant, entre autres, par Moncrabeau, Le Fréchou, Nérac, Le Saumont et Fieux.

Les équipes profiteront d'un départ en descente pour prendre de la vitesse et trouver leur meilleure vitesse croisière. Si les U19 et les féminines seront épargnés par les difficultés jusqu'à Nérac, les DN1 masculins, qui rallongent par Moncrabeau et Le Fréchou, auront maille à partir avec la côte de Lamarque, un long faux plat "pas méchant" mais qui peut créer de premiers écarts. La route qui suit est étroite et sinueuse et peut piéger des équipes.

La côte du Bois d'Anguil, principale difficulté

circuits des femmes

Ensuite, une fois Nérac laissé derrière, les équipes vont monter jusqu'à Calignac. Une bosse d'un kilomètre à 4,8% où il faudra appuyer forts sur les pédales. Après la descente du village ponctuée d'un raidillon, les coureurs vont tomber nez à nez avec la principale difficulté du circuit : la côte du Bois d'Anguil sur la commune du Saumont. Enregistrée à 5% sur 1,2 km, elle est constituée de deux bouts droits qui pourront être les juges de paix de cette course.

circuits des hommes

La fin du parcours sera plus roulante. La montée finale vers Francescas étant un long faux plat montant de quatre kilomètres où les équipes jetteront leurs dernières forces dans les pédales pour grappiller de précieuses secondes.

ligne séparation

Dans les roues du Chrono 47

Catherine Gastou a ouvert la séance du Chrono 47. Photo P. G.

catherine gastou

Publié le 25/11/2023

Les acteurs de l’édition 2024 de Chrono 47 se sont retrouvés à Francescas pour cette première réunion jeudi à la mairie du village. Autour de Cathy Gastou, responsable du comité d’organisation du Chrono 47, Grégori Maury, président du Guidon agenais, élus, représentants de la gendarmerie, associatifs y participaient.

Si le maire Paulette Laborde et son conseil municipal se sont engagés dans cet événement d’envergure, les communes voisines, Albret Communauté, les partenaires institutionnels et privés relèveront le défi. Les circuits demandent encore à être affinés mais les communes de Francescas, Moncrabeau, Lasserre, Le Fréchou, Saumont, Calignac, Nomdieu, Nérac (Agrinove) sont d’ores et déjà impactées. Une belle boucle vallonnée se dessine sur les coteaux de l’Albret. Le Chrono 47 est la seule épreuve à être triplement labélisée manche de Coupe de France qui lui permet de s’ancrer un peu plus dans le calendrier national. Pour cette 6e édition, le 28 avril prochain trois coupes de France seront en lice.

Sécurité, logistique, hébergement…

Après la présentation du contexte général avec en rappel la date, le calendrier Coupe de France, le format de l’épreuve, la réunion a essentiellement porté sur des problèmes d’organisation. La sécurité, la logistique avec Francescas pour ville de départ et d’arrivée, les finances, la communication, la restauration, les hébergements, l’engagement de signaleurs aux différents carrefours… ont alimenté les débats. Cathy Gastou a invité chacune des personnes présentes à se mobiliser. Les maires des communes concernées feront remonter en amont toutes les informations concernant l’état des routes et aviseront leurs administrés du passage des cyclistes. Les associations locales auront à cœur d’animer aussi bien le village que de se démarquer sur le parcours pour un faire-valoir de leur commune. Véritable enjeu pour la sécurisation des routes, les services de gendarmerie, les services départements, préfectoraux, les gestionnaires de la voirie… nécessiteront de nombreuses réunions en amont. Un évènement sportif mais aussi une vitrine du territoire de l’Albret avec des retombées économiques et touristiques. Nul doute que le 28 avril prochain cette 6e édition tiendra une nouvelle fois toutes ses promesses. Prochaine réunion le 19 décembre à 20 heures au Saumont.