bastide francescas

Actualités économiques et sociales

ligne de séparation

La fin d'une tradition

Le 31 juillet, la seule boulangerie du village située rue du Portaou a définitivement arrêté son fournil.
Après quarante-quatre années passées à pétrir, façonner, cuire, Alain Olivier a décidé de mettre fin à son activité de boulanger.
Une page se tourne pour cette boulangerie. Trois générations s'y sont succédé. Fernand Olivier, l'arrière-grand-père surnommé «le philosophe du pays» pour son amabilité et sa sagesse ; Guy Olivier, le père qui continuait à épauler son fils lorsque ce dernier faisait ses tournées à la campagne.
En 1914 il y avait trois boulangeries à Francescas : Lalanne, Maurin et Sallabert. Seule la boulangerie Lalanne fut reprise dans les années 1935. Le fils Claude Lalanne n'ayant pas de suite, son ouvrier Ferdinand Olivier sera le futur boulanger. La famille Olivier, à l'image d'une dynastie, a sévi pendant quelque quatre-vingt ans dans le même lieu.<
Un peu d'histoire
Si l'on se penche sur l'histoire des boulangeries franciscaines, un arrêté municipal du 6 novembre 1910, faisait déjà état des conditions de vente du pain. Selon les articles, il était vendu au poids et non pas selon sa forme, devait être pesé avant la livraison à l'acheteur, les pains de luxe et de fantaisie du poids d'un kilo et au dessous, de n'importe quelle forme, n'étaient pas soumis à la pesée. Les pains se devaient d'être suffisamment cuits, de bonne qualité et sa taxe officielle similaire à celle pratiquée à Nérac.
Dépourvue d'alimentation en eau, à l'époque, le boulanger puisait son eau à la fontaine du village. Une fontaine, aujourd'hui décorative, toujours existante sur la place centrale. Une dure contrainte pour l'artisan qui creusera un puits au cœur même du local de son fournil. Une solution qui a perduré jusqu'à l'arrivée de l'adduction d'eau.
Repos mérité
Si le pain a été cuit au feu de bois par deux générations successives de la famille Olivier, Alain se modernisera avec l'installation d'un four électrique.
Certes de la nostalgie pour la clientèle de voir cette enseigne disparaître du paysage franciscain. Des générations ont poussé la porte de la boulangerie. Mais, comme tout un chacun, le boulanger a droit à un repos mérité. Informée en amont de cette fermeture, la municipalité a pu anticiper afin de trouver une solution de remplacement. A l'initiative du maire Paulette Laborde, un dépôt de pain au magasin Proxi est d'ores et déjà mis en place. Un boulanger qui a également informé ses clients de l'arrêt de ses tournées en campagne sur les communes de Fieux et de Moncrabeau.
Quant aux Franciscains, cette solution de dépôt ne devrait pas perdurer. Toujours attentive à conserver le maximum de service, le maire a indiqué «dans quelques mois le village sera à nouveau pourvu d'une boulangerie dans un local entièrement rénové en centre-ville» dans la Rue des Puits, là où se trouvait l'ancienne épicerie de Marie-Jo.
En attendant, les habitants de Francescas peuvent commander leurs pains et croissants au commerce de proximité, tenue par Fred et Aurélie Sénéchal. Tel: 05 53 65 41 40

ligne de séparation

Francescas. Histoire du basket franciscain avec «papo»
Publié le 28/07/2019

basket franciscain avec «papo»

Mettre à l'honneur le plus ancien des joueurs de basket franciscain. Une idée qui a trotté dans la tête de Jacques Bachère et Paulette Laborde qui tout deux ont joué sous le maillot de l'union sportive franciscaine.
Ce joueur est aujourd'hui centenaire. Raymond Palazo dit «Papo» a connu le premier club en qualité de joueur sous le maillot à damier blanc et bleu. Jacques s'est fait le porte-parole de cette époque extraordinaire où les normes draconiennes actuelles pour évoluer sur le terrain n'étaient pas de mises. Simplement l'envie de jouer avec les copains.
Qui se souvient encore du PIF : point d'interrogation franciscain. Un club constitué le 28 mai 1931. L'origine du nom ? Pas un hasard souligne Jacques. Il a été influencé par l'exploit de deux aviateurs français Coste et Bellonte, pilotes de l'avion «Breguet» qui ont traversé l'atlantique nord en septembre 1930 dans le sens Paris (Le Bourget)-New-York. Raymond a fait ses premiers shoots lors de la saison 1938/1939 dans la première équipe du PIF.

Pionniers de cette époque les Irénée Lestrade, Charles Denux, Castagnède, Bidan, Etienne Trézeguet… ont foulé ce premier terrain de basket en terre battue. Le ballon en cuir à l'époque était difficile à attraper lorsque le terrain était gras et les scores dépassaient rarement les quarante points. La deuxième guerre mondiale a mis fin aux activités du club.

Après la guerre de 39/45 l'union sportive franciscaine (USF) voit le jour. Ce club d'après-guerre avec la joie du retour de la liberté, la pratique du sport et notamment du basket se développe dans la campagne. Il suffisait d'un ballon, d'un panneau et d'un terrain pour réunir la jeunesse de l'époque.

De nombreuses générations en ont défendu les couleurs et les défendent encore aujourd'hui. Ils étaient de Francescas mais aussi des villages voisins, Nomdieu, Saumont, Ligardes, Moncrabeau… Parmi eux, Pierre Planté, Jacques Planté «dit chiquette», Marcel Cabaup, Rémi Fristalon… des équipiers que Raymond a accompagné jusqu'en 1953.

«Date à laquelle je débutais mon parcours, les maillons de la chaîne continuaient» explique Jacques qui se souvient fort bien de l'adresse du joueur «Papo» et de ses shoots phénoménaux. «Nous avions l'impression qu'il ne visait même pas le panier et pourtant. le score était là».

Aussi avec Paulette, aujourd'hui maire du village, ils ont estimé que le doyen des basketteurs de l'union sportive franciscaine avait largement contribué à la pérennité du club. «D'ailleurs ton fils Bernard surnommé aussi papo a défendu les couleurs du maillot bleu». Un moment d'émotions partagées à se remémorer le parcours du doyen, de ses acolytes, pour certains disparus et mis à l'honneur par leurs successeurs. Un bel hommage rendu à «Papo», un personnage, «sans oublier d'avoir une pensée pour le sénateur-maire franciscain Raymond Soucaret qui fut pendant soixante dix ans l'organisateur, l'arbitre et le financier du club». Deux hommes qui au final ont contribué à porter chacun, dans sa partie, ce club local qui leur tenait tant à cœur. «Un lien affectif qui restera longtemps vivant et plein de tendresse dans le souvenir de tous les basketteurs franciscains».

 

ligne de séparation

Les activités de printemps des Amis de Francescas

Publié le 11/03/2019

Sous peu, le printemps fera son retour avec des voyages en prévision pour le club des Amis de Francescas.

D'ores et déjà, trois sont programmés en partenariat avec les clubs voisins de Moncrabeau et celui de Ligardes (Gers). Les personnes intéressées peuvent se renseigner sur les programmes auprès du président franciscain Yvon Bollo au 06 24 72 65 48 ou du président de leur club respectif. La programmation : vendredi 10 mai, les Folies fermières dans le Tarn ; vendredi 13 septembre Arnaga au Pays basque ; mardi Collonges-la-Rouge en Corrèze.

Outre ces sorties ponctuelles, le club propose tout un panel d'activités :

- Un atelier gymnastique tous les lundis à 15 heures à la salle de judo franciscaine.

- Un loto les 1er et 3e vendredi de chaque mois à la salle des aînés ruraux.

- Une marche tous les mardis avec un départ derrière la salle des fêtes de la commune. Départ à 14 heures l'hiver, 14 h 30 l'été.

- La pétanque tous les jeudis avec le club de Moncrabeau en été.

Mais aussi, un accès à la bibliothèque du club, des parties de scrabble, de la belote, du chant libre, de la communication bienveillante. Occasion de belles rencontres et d'échanges pour tous les seniors qui souhaitent venir participer à une au plusieurs de ces activités.

ligne de séparation

Une agence immobilière à Francescas

Une novelle activité a vue le jour à Francescas. En s'associant à la franchise CapiFrance, Frédéric Sénéchal a ouvert la première agence immobilière dans ce bourg. Vous pouvez le joindre au 06 75 86 40 78 ou par mail: frederic.senechal@capifrance.fr

Nous lui souhaitons bonne chance pour le lancement de son activité dans le canton, voir même au-delà!
Publié le 6 février 2019

ligne de séparation

 

En actions avec les «Amis de Francescas»

Des activités, les quelques deux cents adhérents que comptabilise l'association Génération Mouvement «Les Amis de Francescas» présidée par Yvon Bollo, ne peuvent que trouver leur bonheur dans la panoplie proposée.

Septembre sonne l'heure de la reprise avec un programme soutenu avec le concours de bénévoles de l'association :

-Les belotes et les lotos : contact Huguette Airaudo 06 85 91 49 37 ;

-La pétanque loisir : contact Gilbert Bouchon 06 75 38 00 02

-L'atelier chant libre : contact Monika Torres 05 53 65 73 11

-L'atelier communication bienveillante : contact Henri Giroux 06 10 74 35 57

-Le scrabble : contact Christine Morterolle 05 53 65 08 95

-La gymnastique avec une reprise le 24 septembre salle du judo à 15 h :

contacts 05.53.97.17.01; 06.48.42.67.94 ; 06.30.65.58.24

-La marche reprise le 25 septembre à 14 h : contact Huguette Amadio 06.37.72.87.92

Bibliothèque, pédicure, bal, sorties, repas viennent s'ajouter à toutes ces animations. Yvon Bollo, président de l'association rappelle la sortie prévue le jeudi 20 septembre à Moissac avec un départ de Francescas.

Des places sont encore disponibles et les inscriptions ouvertes au 06.24.72.65.48 .

ligne de séparation

avez une réclamation ou vous souhaiter vous exprimer, vous souhaitez nous apporter des informations en ce qui concerne Francescas, sa région et son histoire, notre livre d'or est à votre disposition ici

ligne de séparation

 

L'Echo des Coteaux

Le journal der ka Communauté de Commundes des Coteaux

Voici ci-dessous le lien vers le site Internet qui vous donnera toutes les informations utiles

Coteaux.albret

 

ligne de séparation

les archives

Mentions legales | Liens | Accueil |plan du site
e-mail Mairie de Francescas 2010 -
Conception et copyright :Carlton Star Trading