Les obsèques de Raymond Soucaret le 13 Juin 2014

 

Raymond Soucaret s'est éteint

la mort

ligne de séparation

L’adieu à l’élu du terroir

raymond soucaret face à l'autel de l'église de francescasPublié le 13/06/2014 michel laffargue

700 personnes ont accompagné, hier après-midi, Raymond Soucaret dans sa dernière demeure.

 

Ce sont les basketteurs de l'Union franciscaine, club cher au défunt Raymond Soucaret, qui ont transporté, ier après-midi, le cercueil, recouvert d'un drapeau tricolore, avec un énorme bouquet de roses blanches dessus, pour le déposer face à l'autel. Et, malgré les 400 places de sa nef, l'église de Francescas s'est avérée bien trop exiguë pour accueillir tous ceux qui avaient souhaité rendre un dernier hommage à l'ancien maire du village qui connut un destin national. C'est la raison pour laquelle la cérémonie religieuse, célébrée par l'abbé Roger Aguettaz, a été retransmise sur deux écrans installés à l'extérieur, à l'ombre de peupliers et de marronniers bordant l'allée séparant l'église du cimetière. Vibrant hommage L'intervention la plus émouvante a été celle de Monique, fille de Raymond et Andrée Soucaret, qui rappela le parcours de son père que l'immense majorité des personnes connaissait. Ce que les gens ne savaient pas, par contre, c'est que le dimanche précédant sa disparition, jour du 68e anniversaire de son mariage, Raymond Soucaret, sachant qu'il allait mourir, a malgré tout pensé, en premier lieu, aux autres : à son petit-fils auquel il a demandé de bien travailler à l'école, à son épouse aussi en demandant aux membres de sa famille de bien prendre soin d'elle. À son tour, Monique Soucaret a remercié tous ceux qui ont aidé son père lors de son hospitalisation et l'ont accompagné en lui permettant « une fin de vie un peu adoucie ». L'harmonie néracaise a alors interprété le « Largo » d'Haendel qui toucha au cœur de nombreux présents avant que Paulette Laborde, actuelle maire de la commune, ne rende un vibrant hommage à son prédécesseur avec respect et une profonde sympathie. « Un cœur gros, très gros », a-t-elle souligné en rappelant son engagement au service du public et pour l'aménagement du territoire. « Élu aux fortes convictions » Tous ceux qui lui ont succédé à la tribune ont insisté, comme elle, sur l'homme du terroir, l'élu aux fortes convictions qui parvenait toujours à ses objectifs, comme le résuma l'un d'entre eux : « Capable du compromis sur l'accessoire, il ne transigeait jamais sur l'essentiel ».Tous ont également rappelé la part importante qu'il a prise en ce qui concerne la modernisation du monde agricole. « Il fut l'artisan de la République des terroirs », déclara le président du Conseil général et sénateur, Pierre Camani, qui intervint au même titre que le préfet Denis Conus ou bien encore, le président du Parti radical valoisien, Alain Lorenzelli. D'autres personnalités à l'exemple du président de la Communauté de communes des coteaux de l'Albret, Francis Malisani, étaient présentes parmi de très nombreux autres élus qui ont côtoyé pendant une quarantaine d'années Raymond Soucaret. Ce dernier a été inhum é au cimetière de son village.

ligne de séparation

Raymond Soucaret aura eu ses roses blanches avant de partir

les obsèques de Raymond soucaretPublié le 13/06/2014 à 03:47- Stéphane Bersauter/Photos Morad Cherchari


L'église de Francescas était trop petite pour accueillir tous ceux qui voulaient rendre un dernier hommage, hier, au sénateur honoraire et ancien maire Raymond Soucaret.

Le cortège a glissé devant la mairie, cette mairie, ce fauteuil de maire qu'il n'a pas quitté entre 1968 et mars dernier. Dans les rues entre les pierres brûlantes d'un après-midi de plomb, puis dans la fraîcheur relative de l'église, un dernier hommage a été rendu hier à Raymond Soucaret, figure quasi ancestrale de la vie politique en Lot-et-Garonne. Pour mémoire, conseiller général pendant 30 ans, conseiller régional, sénateur de 1981 à 2001, maire indéboulonnable de Francescas.

Une vie «bien remplie», en dit le Père Roger, de la paroisse Saint-François d'Assises. Et ils étaient quelques-uns dans l'église à en connaître les grandes lignes et les détails, drôles ou pas. Gilbert Fongaro, l'ancien maire de Pont-du-Casse, Paul Chollet, contemporain de Raymond Soucaret mais à la mairie d'Agen, Daniel Soulage, sénateur après lui, Alain Merly, le patron de l'opposition au conseil général, Jean Dionis, des conseillers généraux… La famille centriste réunie pour celui qui représentait le radicalisme tendance centre droit. Critiqué par quelques-uns aussi, parfois détesté, estimé par beaucoup, car, rappelait Christian Lussagnet, qui lui a succédé au conseil général, «il avait ce bon sens terrien. Il a fait un travail énorme de bâtisseur, sur les routes notamment.»

Peu de ceux qui comptent à droite de l'échiquier politique étaient absents. À gauche, le député Matthias Fekl, le président du conseil général (et sénateur lui-même) Pierre Camani, Lucette Lousteau (députée d'Agen-Nérac) étaient au premier rang d'une église au silence presque oppressant au moment des discours.

Devant 400 personnes à l'intérieur et presque autant devant deux écrans à l'ombre des arbres, Paulette Laborde, maire depuis mars dernier à la place du défunt qui avait jeté l'éponge, considère que la commune «est orpheline de l'un de ses meilleurs hommes. Nous étions tous admiratifs de sa capacité à tout gérer en même temps.» Elle le suivait pour les affaires municipales depuis 1978.

Raymond Soucaret avait ses exigences au quotidien. Un caractère trempé aussi. Comme il l'avait révélé à La Dépêche du Midi en mai 2013, il n'avait pas à l'époque informé ses proches de l'un de ses souhaits, que soit diffusée «Les roses blanches» de Berthe Sylva au moment de ses obsèques. Vœu exaucé avant qu'il rejoigne la terre, un bouquet blanc recouvrant aussi le bois. Sur son lit, rappelait sa fille, Raymond Soucaret a fait promettre à son arrière-petit-fils de «bien travailler à l'école.» C'était le 1er juin dernier, le jour de son 68e anniversaire de mariage.

 

Le cortège entre la maison de Raymond Soucaret et l'église de Francescas le 13 juin 2014

     
       
La messe pour le defunt le 13 juin 2014 La messe pour le defunt le 13 juin 2014    
       
Les obsèques au cimetière de Francescas le 13 juin 2014      
       
Le caveau de Raymond Soucaret Le caveau de Raymond Soucaret Le caveau de Raymond Soucaret Le caveau de Raymond Soucaret
       
       

Décès de Raymond Soucaret

 

« Avec la disparition de Raymond Soucaret, le Lot-et-Garonne perd un homme politique au parcours hors du commun.

Depuis 1946, date à laquelle il rejoint le Parti Radical et jusqu’à ce jour, Raymond Soucaret a profondément marqué l’histoire du Lot-et-Garonne. A Francescas dont il fut le maire pendant 46 ans, au Conseil général, à la Région puis au Sénat, de 1981 à 2001, il a porté la voix de ce monde rural, de cet espace rural qu’il aimait tant. A travers ces différents mandats, il aura été un artisan de la République des terroirs.

Les combats politiques que nous avons menés nous ont souvent opposés, parfois ils nous ont rapprochés. Mais j’ai toujours eu beaucoup de respect pour l’homme, qui aura consacré sa vie entière à l’action publique et politique, preuve d’un engagement sans faille au service du Lot-et-Garonne et des Lot-et-Garonnais.

Je veux aussi rendre hommage à ses qualités humaines. Raymond Soucaret a toujours entretenu une forte proximité avec nos concitoyens. Il n’a jamais renié ses racines, au contraire, il conservera le bon sens des hommes de la terre, mais également ce franc-parler gascon qui le caractérisait si bien.

J’exprime mon émotion devant sa disparition et j’adresse, en mon nom personnel, ainsi qu'au nom de l'Assemblée départementale, mes plus sincères condoléances à son épouse, sa famille et ses proches ».

Pierre Camani
Président du Conseil général

ligne de séparation

 

 

 

ligne de séparation

Communiqué de Presse: Disparition de Raymond Soucaret
Disparition de Raymond Soucaret

 

« Personnalité emblématique du Parti Radical et du Lot-et-Garonne, Raymond Soucaret a été un fervent défenseur de nos valeurs radicales. Maire de Francescas pendant plus de 40 ans, conseiller général, conseiller régional et sénateur respecté, il avait toujours à cœur de servir son territoire et le monde agricole, qu’il connaissait parfaitement, dans le respect de ses convictions. Le Parti Radical adresse à sa famille, ses amis, et à tous les Lot-et-Garonnais ses plus sincères condoléances. » (Parti Radical - UDI 10.06.2014)

ligne de séparation

Herni Tandonnet, sénateur


Mr. Henri Tandonnet souhaite rendre hommage à Raymond Soucaret et dire combien il partage la lourde peine provoquée par son décès. Il souhaite lui exprimer sa profonde reconnaissance notament pour son engagement politique.
Il présente ses plus sincères condoléances à son épouse te sa famille.
Autour de son épouse, c'est toute la famille de Francescas et celle du monde rural qui déplorent ce gand manque tant l a vécu une vie passionnée par le service public et le goût d'entreprendre.
Avec Daniel Soulage, ils ont eu la chance de lui succéder au Sénat. Ils se sont efforcés de défendre sa vision positive de nos territoires ruraux à laquelle il tenant tant.
Il restera le souvenir d'un homme de convictions, d'engagementss, proche, très humain, toujours soucieux de rendre service mais aussi fin politique avec une vision de l'avenir et son sens d'entreprendre qui poussait les jeunes générations à aller de l'avant...

Matthias Fekl salue la mémoire de Raymond Soucaret

 

C’est avec tristesse que j’ai appris le décès, ce matin, de Raymond Soucaret, ancien maire de Francescas, ancien conseiller général et sénateur de Lot-et-Garonne.
Tout au long de sa vie publique, il fut un défenseur sans faille d’un Lot-et-Garonne fier de sa ruralité, de ses atouts, de ses ses savoir-faire, dans lequel une agriculture moderne et innovante devait avoir toute sa place
C’était un homme pragmatique qui alliait convictions et bon sens. Pour lui, le combat politique ne valait que s’il débouchait sur des solutions concrètes et utiles pour tous. Il avait su tisser un lien fort avec ses électeurs de Francescas. Ce lien de fidélité et d’humanité, dit tout du sénateur qu’il deviendra : un radical, un républicain fidèle à une certaine idée de la politique, dévoué à son territoire et soucieux de travailler de concert avec tous ceux qui le font vivre et avancer.
À son épouse, à ses proches comme à tous ceux qui ont accompagné son chemin, je présente mes plus sincères condoléances.

Matthias FeklDéputé de Lot-et-Garonne – conseiller régional d’Aquitaine (10.06.2014)