bastide francescas

1578. — 6 juillet. – IIme.

Orig. – Arch. de la famille Forget de Fresne. Communication de M. le chevalier Artaud de Montor, membre de l’Institut, allié de la famille Forget.


À FORGET,

SECRETAIRE DU ROY MON SEIGNEUR.

Forget, Vous entendrés tant par le sr de Chassincourt que par les instructions generales et particulieres qu’il porte, ce qui se passe par deçà, et ce qu’il est besoing de poursuivre pour mon particulier ; à quoy vous vous employerez avec telle diligence que par ledit sr de Chassincourt j’en puisse estre satisfait à son retour. Pour le regard de ma pension, j’avois donné charge à du Perray[1] d’en solliciter l’assignation pour toute ceste année, et remonstrer que je n’estois de ceulx sur qui on doive user de retranchement, et qu’attendu le lieu que je tiens on ne me pouroit faire servir d’exemple. Il y a aussi le faict des pastels[2] et un renvoy que je demande à la chambre d’Agen, pour le procez de Francescas[3], ainsi que vous verrez par les pieces que j’ay fait mectre entre les mains dudict sieur de Chassincourt. Je vous prie n’obmettre rien en cela de la diligence que j’atends de vous ; sur ce, priant Dieu vous tenir, Forget, en sa saincte et digne garde. De Montauban, le vje juillet 1578.

Vostre bon maistre et amy,
HENRY

Il est besoin d’avoir une interdiction aux cours du Parlement qui prennent congnoissance des causes tant civiles que criminelles de ceux de la Religion. Il y a le faict de Francescas, dont les habitans se sont donnez à moy. Je demande un renvoy à la chambre d’Agen.

 

 

Mentions legales | Liens | Accueil |plan du site
e-mail Mairie de Francescas 2010 -
Tous droits reserves Conception et maintenance : e-kommunikation.com